La poste du XVII ème au XIX ème siècle

                 En 1672, l’Administration des postes est confiée à une Ferme générale, qui rachète alors le  droit des messageries. Contre paiement d’un bail, les Fermiers des postes encaissent à leur profit  les taxes des lettres. Ces financiers réalisent de copieux bénéfices jusqu’à la Révolution, époque à laquelle les postes passent directement sous le contrôle de l’Etat. C’est le temps des malles-poste et d’une formidable accélération de l’acheminement, toujours au rythme du galop, un privilège exclusif de la Poste royale.

                 De nombreuses expériences de communication à distance  ont lieu dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, mais aucune n’est suivie de réalisation pratique. En 1793, les frères Chappe proposent  aux pouvoirs publics un système qui restera en usage pendant plus d’un demi-siècle .Celui-ci repose sur l’observation, au moyen de lunettes , de signaux émis par des bras articulés installés sur  des tours distantes entre elles d’environ dix kilomètres.

                 Avec la maîtrise de l’énergie électrique, de nouveaux systèmes de communication sont mis au point. Samuel Morse invente un appareil télégraphique qu’il fait adopter par l’administration américaine en 1844. La France applique son procédé en 1856. De leur coté des inventeurs français, tels Breguet et Baudot, produisent des appareils qui seront longtemps utilisés. Jusqu’en  1830, les habitants des campagnes ne disposent d’aucun service de distribution des lettres à domicile (à la différence  de ceux des villes, qui en ont bénéficié progressivement depuis la fin du XVIIIème siècle).Ils doivent, de temps  à autre, se rendre au bureau de poste de la ville la plus proche pour y retirer leur courrier. Afin de rompre leur isolement, on crée en 1830 le service rural. Face à la croissance  des besoins le nombre des facteurs ruraux augmente.

                 En 1867,19 000 facteurs effectuent tous les jours la valeur de douze fois le tour du globe. En 1848, le service postal est encore inaccessible aux personnes aux revenus modestes, le prix de l’acheminement du courrier étant lié à la distance à parcourir. Le prix d’une lettre de Paris à Marseille correspond à une demi-journée de travail d’un ouvrier.A cette époque, c’est le destinataire qui paye le port. L’administration décide alors d’abaisser le tarif en août 1848 et de le rendre uniforme sur tout le territoire, quelle que soit la distance à parcourir. Ainsi, dés le 1er janvier  1849, une vignette collée au départ sur l’enveloppe indique le tarif d’affranchissement : le timbre-poste est né.

 

                 En France, une réforme identique sera appliquée en 1848 par Etienne Arago, directeur général des postes. Le premier timbre est mis en vente le 1er janvier 1849 ; il représente la République, sous les traits de la déesse Cérès.

20c.jpg

 

                 Actuellement, La Poste reçoit chaque année plus de deux cents demandes de création de timbres-poste formulées par des élus, des institutions ou des particuliers. Seule une centaine d’entre elles sont satisfaites. La sélection est opérée par une commission  qui réunit des représentants de La Poste, du ministère de la Culture, des milieux philatéliques, du négoce, de la presse spécialisée et des créateurs de timbres. Le choix définitif se fixe par arrêté ministériel. Conçus par des artistes, les timbres-poste s’impriment selon différentes techniques : taille-douce, héliogravure ou offset. Ils sont mis en vente pendant une durée qui varie de six à douze mois. Retirées de la vente au guichet mais conservant leur pouvoir d’affranchissement, ces valeurs fiduciaires se trouvent ensuite chez les négociants en philatélie. 

 

                 Le timbre-poste n’a pas seulement une valeur d’affranchissement. Vecteur d’une imagerie populaire, il parle aussi de notre histoire. Les timbres-poste sont autant d’instantanés du passé. Ceux qui sont d’un usage courant renvoient l’image de la République, tandis que la plupart des autres émissions philatéliques marquent une intention commémorative : la naissance ou la disparation d’une femme ou d’un homme célèbre, la célébration d’un acte important de la vie politique, le souvenir d’un exploit, la consécration d’une cathédrale… 

                 Monuments, châteaux, églises, paysages, villes, animaux et fleurs sont des thèmes récurrents dans l’iconographie philatélique. Le rôle éducatif du timbre-poste dans le domaine des arts n’est plus à démontrer.

                 La série artistique inaugurée en 1961 transforme l’album du collectionneur en un véritable musée. Dans le même temps, l’avènement de techniques modernes d’impression permettait d’enrichir la palette de couleurs de l’imprimerie.

 

                 Sous l’Ancien Régime , des  boites aux lettres sont installées chez des commerçantsL’apparition du service rural en 1830 entraîne la multiplication de ces boîtesEnfin, des boîtes colonnes sont mises en place dans les grandes villes dès 1850.



Les machines à vapeur

                La mise en service des locomotives à vapeur en 1827, suivi de la construction des premières lignes de chemin de fer permettent dès 1845 à la poste française de mettre en place des bureaux ambulants, qui effectuent le tri du courrier, il s'agit du "wagon-poste". C'est l'Etat qui paye leur fabrication. Ceci va profondément modifier l’organisation de  l’acheminement du courrier et augmenter la vitesse entre la collecte et la distribution. La première mise en circulation d'un wagon-poste aura lieu sur la liaison ferroviaire Paris-Rouen.

                La disparition de ces bureaux ambulants aura lieu en 1995 avec l'apparition du tri automatique. 

               

locomotive-a-vapeur-374121-4.jpg

                 Dès 1851, les Messageries Nationales - puis Messageries Impériales - puis Compagnie des Messageries Maritimes (1871) vont assurer à la fois le transport des passagers et celui du courrier, les lignes transportant le courrier étant subventionnées par l'Etat. L’utilisation des bateaux à vapeur permet d’assurer un transport régulier des correspondances, ainsi dès 1857, l’Amérique est reliée régulièrement à l’Europe. Cette activité va amener le rachat des chantiers navals de la Ciotat par les Messageries Maritimes où elles font constuire leurs navires.

                 L'expansion des Messageries Maritimes s'arrêtera en 1912, les Messageries décident de se tourner alors en priorité vers le fret et le confort des passagers, ainsi la régularité du transport du courrier devient accessoire. Enfin, c'est l'apparition du transport aérien transcontinental à grande échelle dès 1958 qui bouleversera la donne. Passagers et courriers emprunteront désormais ces lignes aériennes.

prinz-regent-3.jpg

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site